CHAMBRE DES GENEALOGISTES
SUCCESSORAUX
DE FRANCE


 

ACTUALITES

La déontologie des généalogistes successoraux ressort de leur charte déontologique établie en 1994.

Lire la charte ci-contre.

ethique

Elle prévoit notament que les généalogistes successoraux qui adhérent à la chambre doivent faire certifier leur comptes  par un expert comptable ou un commissaire aux comptes et fournir une attestation précisant que les fonds clients sont représentés.

 

MAJ le Mardi 28 Février 2017

Moyens d'intervention

fotolia 9156867

 

Le généalogiste successoral va disposer de l’état civil, et en particulier de l’état civil de moins de 75 ans, grâce à une autorisation demandée systématiquement, délivrée à son nom par le Procureur de la République.

Le généalogiste successoral qui connaît parfaitement l’évolution des mentions marginales et du contenu des actes d’état civil, devra le plus souvent se déplacer pour consulter lui-même les registres – autrefois regroupés dans les greffes des tribunaux – afin d’obtenir des résultats rapides.

A ces investigations, s’ajoutent notamment celles effectuées aux Archives Départementales ou Municipales, dans les Administrations et à l’Institut National des Statistiques.

Certains généalogistes successoraux disposent d’archives privées qu’ils se sont patiemment constituées.

Par ailleurs, les membres de la Chambre des Généalogistes Successoraux de France sont à même d’établir les dévolutions successorales ayant des ramifications dans d’autres pays grâce à l’intervention de nombreux confrères étrangers.

Enfin, le généalogiste successoral dispose d’un savoir-faire qui ne peut s’acquérir qu’après plusieurs années de pratique dans un Cabinet, aucune formation théorique sérieuse n’existant dans l’enseignement.

fotolia 9289058